«Think Tank» Europe-Mexique.

«Think Tank» Europe-Mexique.
*2008 Création du Blog, par Morgane BRAVO, President I Founder of «Think Tank» Europe-Mexico. (Franco-Mexicaine) *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... 2002 en France, Candidate (Titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16ème arrondissement (Sud). « Euroblogger » UE, Commission Européenne, Conseil Européen, Parlement Européen, Conseil de l'Europe, CoR, EuroPcom... *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

jueves, 14 de marzo de 2013

*Un vent de réformes souffle sur le Mexique...*

Le nouveau président, Enrique Pena Nieto, promet de s'attaquer aux nombreux monopoles qui paralysent le développement du pays. En ligne de mire, syndicats et milliardaires s'inquiètent.


Arrivé au pouvoir le 1er décembre dernier, Enrique Peña Nieto n'a pas tardé à endosser le costume de président, balayant le sobriquet de «marionnette» du PRI (*) dont certains l'avaient affublé durant la campagne. «Les nations développées, à un moment de leur histoire, ont eu à faire un grand pas en avant. Aujourd'hui, c'est au tour des Mexicains de faire ce pas», avait-il lancé le jour de son investiture. Depuis, place à l'action. Annonce de réformes historiques, arrestation médiatisée d´une personnalité réputée intouchable, pacte avec les autres partis, le nouveau président impose son style, avec un objectif clairement annoncé: faire décoller le Mexique, avec une croissance soutenue à 6 %, contre 3,5 % aujourd'hui.
Les atouts du pays sont nombreux: son marché intérieur de 120 millions d'habitants, sa proximité avec les États-Unis, sa compétitivité de plus en plus grande par rapport à la Chine. Le Mexique a d'ailleurs attiré 80 milliards de dollars d'investissements étrangers en 2012, cinq fois plus que le Brésil. Mais, au-delà des graves problèmes liés au trafic de drogue, il suffit de quelques chiffres pour comprendre les difficultés qu'il rencontre. Le tiers des recettes de l'État provient de la taxation de Pemex, l'entreprise pétrolière publique, dans un pays où six travailleurs sur dix relèvent de l'économie informelle. «Avec une pression fiscale si faible, il est aujourd'hui impossible de financer des services publics dignes de ce nom», explique Jorge Castaneda, intellectuel mexicain et ancien ministre.

L'empire de Carlos Slim

«Le grand drame du pays, ce sont les monopoles», ajoute-t-il. Ceux-ci sont omniprésents au Mexique, des télécoms avec l´empire Telmex de Carlos Slim - l'homme le plus riche du monde - à la télévision, en passant par le pétrole, monopole d'État. De la même manière, certains syndicats ont atteint une telle puissance qu'ils contrôlent les institutions au détriment des usagers, comme dans l'éducation. «Le peuple est pris en otage, victime de la paralysie liée à ce système hérité du PRI, qui n'a jamais été réformé», souligne Alejandra Cullen, analyste politique.
La santé de Pemex, si indispensable à l'État mexicain, serait préoccupante. Environ 60 % de ses bénéfices sont ponctionnés par l'État et une loi datant de sa nationalisation en 1938 lui interdit de faire appel à des capitaux étrangers. Résultat, le géant pétrolier aux 120.000 employés manque de moyens, notamment pour investir dans l'exploration de nouveaux gisements. Il aurait vu chuter sa production de 20 % en six ans.
Après avoir bloqué pendant douze ans la plupart des propositions du PAN (Parti de l'action nationale), le PRI semble avoir changé son fusil d'épaule et multiplie les annonces de réformes, aussi impopulaires soient-elles. La première, concernant le marché du travail, votée pendant la transition, a provoqué l'ire de la rue, mais a été saluée par l´OCDE. Désormais, l'éducation est dans le viseur. Et le président bouscule les tabous en évoquant l'ouverture du capital de Pemex, ainsi que l'application de la TVA aux médicaments et à l'alimentation, secteurs jusqu'à présent exemptés.
Lundi sont tombées les propositions de réforme concernant les télécommunications et le pétrole, sphères hautement symboliques auxquelles personne n'a pour l'instant osé s'attaquer. «Nous allons dans le bon sens, le programme d´Enrique Pena Nieto est cohérent, mais ce ne sont que des effets d'annonce, tempère Jorge Castaneda. À part la réforme du travail, tout n'est encore qu'à l'état de projet. Le président sait qu'il n'est arrivé au pouvoir qu'avec une courte avance, il n'a la majorité ni à l'Assemblée, ni au Sénat, son parti ne contrôle pas Mexico… Mais il doit montrer qu'il agit.»

Arrestation fracassante

Dernier fait d'arme, l'arrestation fracassante d'un des plus grands symboles d'impunité du pays, Elba Esther Gordillo, la patronne du syndicat des enseignants, qui compte plus d'un million et demi d'adhérents. Pendant 25 ans, cette femme aurait détourné 200 millions de dollars tout en imposant les règles douteuses de son syndicat - pas d'évaluation des enseignants, des postes qui se revendent, dit-on, au marché noir -, sans jamais être inquiétée tant que la «paix sociale» était maintenue.
Une arrestation saluée par 80 % des Mexicains, mais qui a suscité des interrogations, car elle intervient après les prises de position officielles d'Elba Esther Gordillo contre la réforme proposée par Enrique Pena Nieto. Certains y voient le retour du PRI d'antan avec ses méthodes autoritaires, d'autres un «coup de communication» du président pour tenter d´imposer sa légitimité. «C'est une méthode régulièrement utilisée par les entrants, qui notifient à la classe politique qu'il y a un nouveau chef dans la place», explique le sociologue et analyste Jorge Zepeda. D´autres, enfin, voient cette arrestation comme un avertissement adressé à son «homologue» chez Pemex, Carlos Romero Deschamps, dont la Ferrari fait couler beaucoup d'encre.
Un vent de renouveau semble en tout cas souffler sur le Mexique, même si on ignore encore sa force. «Le programme est ambitieux, mais Enrique Pena Nieto est entouré d'une équipe très conservatrice. J'ignore si les deux sont compatibles», conclut Jorge Castaneda. Reste la bataille à mener contre la violence, comme l'a rappelé samedi l'assassinat d'un secrétaire d'État au Tourisme tout juste nommé.

(*) Parti révolutionnaire institutionnel, au pouvoir sans discontinuer de 1928 à 2000.

No hay comentarios: