«Think Tank» Europe-Mexique.

«Think Tank» Europe-Mexique.
*2008 Création, par Morgane BRAVO, President I Founder of «Think Tank» Europe-Mexico. (Franco-Mexicaine) *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... 2002 en France, Candidate (Titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16ème arrondissement (Sud). « Euroblogger » UE, Commission Européenne, Conseil Européen, Parlement Européen, Conseil de l'Europe, CoR, EuroPcom... *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

sábado, 27 de agosto de 2011

*La France et le Mexique : Incendie criminel à Monterrey...condoléances aux autorités mexicaines*

 

Mexique - Incendie criminel à Monterrey 

 

"Nous avons appris avec consternation l’incendie criminel du casino de Monterrey au Mexique, qui a coûté la vie à au moins 53 personnes le 25 août. 

La France condamne avec la plus grande fermeté cet acte de barbarie qui a frappé brutalement la société mexicaine. 

Elle présente ses condoléances aux autorités mexicaines, aux familles et aux proches des victimes dans cette tragique épreuve. Elle exprime sa profonde solidarité avec la population du Mexique".


Bien à vous,
Morgane BRAVO

domingo, 21 de agosto de 2011

*La France rate la médaille : Coupe du Monde des moins de 20 ans...*

Malgré un nouveau but d'Alexandre Lacazette, les Bleuets de Francis Smerecki ont dû s'incliner, samedi, face au Mexique dans le match pour la 3e place (1-3). Les coups de pied arrêtés ont de nouveau été fatals aux moins de 20 ans.

Comme l'équipe de France féminine, il y a un mois, les moins de 20 ans tricolores n'ont pas réussi à faire mieux qu'une quatrième place en Coupe du monde. Certes, ils ont réalisé la meilleure performance de leur histoire, mais, samedi soir, la médaille leur est passée sous le nez. Et pourtant, pendant un moment, on a bien cru que les Bleuets, plutôt dominateurs durant le premier acte, allaient se parer de bronze. Surtout après l'ouverture du score de la tête d'Alexandre Lacazette, encore lui (c'est son cinquième but du tournoi), bien servi sur un centre de son partenaire en club, Thimothée Kolodziejczak (8e).

Piégés sur coups de pieds arrêtés

Malheureusement pour eux, leur coéquipier et gardien Jonathan Ligali, sans doute gêné par la pelouse rendue glissante par la pluie, redonnait espoir aux Latinos après une énorme boulette, sur laquelle il laissait ainsi passer entre ses jambes un tir presque anodin de Davila (12e). Cruel pour le jeune portier de Montpellier, pourtant auteur d'un solide Mondial. On pourrait en dire autant de Lacazette, le joker de luxe, enfin titulaire, et qui a finalement terminé meilleur buteur de la compétition (à égalité avec Alvaro Vasquez et Henrique).

Le jeune Lyonnais a ainsi été de nouveau a deux doigts de faire basculer la rencontre un quart d'heure après son but. Lancé dans la profondeur, il était alors fauché par le gardien adverse, mais, l'arbitre, au lieu de désigner le point de penalty, dégainait un carton jaune pour simulation (23e). Incroyable. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, finalement, les hommes de Francis Smerecki ont finalement chuté, comme en demi-finale (0-2 face au Portugal), sur coups de pied arrêtés. Deux erreurs et deux buts encaissés après la pause (49e, 71e). De quoi vous laisser des regrets éternels et une belle médaille... en chocolat. 


Bien à vous,
Morgane BRAVO

miércoles, 17 de agosto de 2011

*Anuncio de Inversión de Honda en Celaya, Guanajuato *


Ciudad de México, 12 de agosto del 2011.- 
Palabras del Presidente Felipe Calderón durante el Anuncio de Inversión de Honda en Celaya, Guanajuato, que se llevó a cabo en la Residencia Oficial de Los Pinos.

Estimado señor Tetsuo Iwamura, Presidente y Director General de American Honda Motor Company.
Señor licenciado Juan Manuel Oliva Ramírez, Gobernador del Estado de Guanajuato.
Licenciada Rubí Laura López Silva, Presidenta Municipal de Celaya.
Distinguidos directivos de Honda Motor Company.
Amigas y amigos :

Me alegra mucho saludarles el día de hoy y compartir con todos los mexicanos, con todos los japoneses, con todo el mundo, una gran noticia para Honda, una gran noticia para México, una gran noticia para Guanajuato, una gran noticia, desde luego, para Celaya.
La empresa Honda acaba de anunciar una importantísima inversión en nuestro país de 800 millones de dólares, para construir una planta de fabricación automotriz, incluyendo instalaciones de fabricación de motores en el futuro, que permitirá hacer del Estado de Guanajuato un enclave automotriz estratégico, que será crucial en el éxito de esta industria en el mercado de hoy y de esta empresa, en particular. 


Así que, quiero felicitar a los directivos y a los trabajadores de Honda por este ambicioso plan, que creará, además, dos mil 300 empleos directos y, probablemente, unos ocho mil indirectos. Y que es una muestra de la confianza que tienen en México las principales empresas del mundo.
Hoy, esta nueva inversión refleja, también, que México está avanzando en el camino correcto.
Con estos importantes recursos, 800 millones de dólares, insisto, Honda construirá una planta de manufactura de vehículos en Celaya, Guanajuato.

Como he dicho, los empleos implicarán una derrama muy importante, más de tres mil 200 empleos directos y, probablemente, tres veces más en empleos indirectos, en beneficio de las familias guanajuatenses y, en general, en beneficio de las familias de El Bajío, de Guanajuato, Michoacán y otras entidades.

Este tipo de inversión no es obra de la casualidad. Es obra de una planeación cuidadosa de Honda, que analizó las condiciones más competitivas para producir en condiciones exitosas sus proyectos de vehículos.

Desde el inicio de mi Gobierno, también, nos propusimos dar un renovado impulso al desarrollo de sectores industriales de alto valor agregado, entre ellos, el sector automotriz.
Lo hemos hecho potenciando las grandes ventajas comparativas que tiene México, y creando un ambiente de negocios propicio a la inversión y a la instalación en México de empresas líderes.
No es casualidad tampoco que las más grandes empresas automotrices del mundo hayan recientemente hecho anuncios similares, o hayan ampliado, también, sustancialmente, a través de inversiones de cientos de millones de dólares, sus instalaciones de producción automotriz en el país.

En esta visión estratégica estamos invirtiendo fuerte en el futuro, tanto con infraestructura, carretera, ferroviaria, como en el desarrollo de lo más importante que son las personas, el desarrollo del valor humano de nuestra gente, del capital humano de los mexicanos.
Hemos establecido 96 universidades nuevas en cuatro años y medio. Hemos ampliado otras 50 universidades, la mayoría orientadas a aspectos tecnológicos. Y hoy en México tenemos el privilegio de que se gradúan 100 mil ingenieros y técnicos cada año, más ingenieros y técnicos que en Alemania, que en Canadá, que en Inglaterra, Francia o Brasil, y casi tres veces más ingenieros por cada 100 mil habitantes que en Estados Unidos.

Estamos realizando, además de esta inversión en el conocimiento, una inversión en infraestructura que está consolidando a nuestro país como una de las principales plataformas logísticas del mundo para la producción y exportación de manufacturas, y la más importante para exportar al mercado más grande del mundo, que sigue siendo Estados Unidos.
Este esfuerzo, hecho en conjunto, además, con el gobierno de Guanajuato y otros gobiernos estatales, está dando frutos concretos.

En lo que va de mi Administración se han realizado o comprometido inversiones por más de 10 mil millones de dólares por parte de las empresas líderes de la industria automotriz a nivel mundial, una prueba tangible de que México cuenta con una industria automotriz que es punta de lanza a nivel global.

Con esta nueva inversión de Honda, el Gobierno Federal a mi cargo reafirma nuevamente su compromiso con el país, con la generación de empleos, su compromiso con sectores competitivos que detonen el crecimiento de la economía nacional. Un compromiso que refleja que México es líder indiscutible en materia automotriz a nivel global.
Tan sólo el año pasado alcanzamos un máximo histórico de manufactura de 2.3 millones de unidades y logramos colocar de ellos casi dos millones de vehículos en los mercados internacionales.

La exportación y la producción automotriz el año pasado creció 50 por ciento en México. Los mexicanos podemos sentirnos muy orgullosos de que ya somos el noveno fabricante de vehículos a nivel global, la sexta potencia exportadora.

Y estoy seguro que con la inversión que hoy anuncia Honda en México vamos a crecer aún más en nuestra posición competitiva.

No obstante la buena marcha del sector automotor, sabemos que producir más coches o atraer más inversión no es un fin en sí mismo, lo que más nos interesa, la prioridad del Gobierno y la mía, como Presidente de la República, es crear empleos, a través de poner en marcha nuestra economía, ponerla en la ruta del crecimiento y generar esos empleos competitivos que necesitan las familias mexicanas.

Queremos que cada día haya más familias mexicanas que tengan un mayor ingreso y puedan vivir mejor.
Cómo se puede lograr ello.

Se logra haciendo que México sea el país donde las empresas puedan crecer y contratar nuevos trabajadores en condiciones de estabilidad y certidumbre.
De esta manera, estamos impulsando acciones para que las nuevas oportunidades realmente estén al alcance de más personas, especialmente de los jóvenes y para que México sea un país donde las familias puedan mirar al futuro con optimismo.
Ese es el país que estamos construyendo: Un México donde las empresas ven una gran oportunidad para producir, crecer, expandirse y tener éxito.

Nosotros queremos el éxito de las empresas que invierten en México. El éxito de Honda y de toda empresa que invierte en México es un éxito, también, para los mexicanos. Así lo ve mi Gobierno y así hemos apoyado estas inversiones que se están decidiendo por nuestro país.
Esta nueva inversión de Honda es una prueba de que los mexicanos tenemos visión, tenemos certidumbre.

Y estamos trabajando para que México deje de ser simplemente un ideal, una promesa y se despliegue como un verdadero potencial; que se despliegue como una realidad, como lo está siendo en el sector automotriz, una realidad de éxito. Una realidad en la cual México se está volviendo, como nos hemos propuesto, un verdadero campeón en el mundo.

Sé que con la fuerza y el empuje de todos seguiremos sacando a México adelante.
Quiero, finalmente, felicitar al señor Gobernador por su tesón y su empeño para poder atraer esta importante inversión, por los apoyos brindados, desde luego, a la empresa.
Reiterarle a los directivos de Honda mi absoluto compromiso personal y el de mi Gobierno por dar todas las facilidades posibles para que esta inversión sea exitosa.

Transmitir mis saludos, a través del señor Iwamura, a todos los trabajadores y a todos los ingenieros de Honda en el mundo. Decirles que ésta es su casa.

Felicidades, también, a Celaya, desde luego, a los celayenses, a los guanajuatenses, a los michoacanos, que alcanzarán, desde luego, a participar en la cercanía de esta enorme inversión automotriz. Como dijo el Gobernador, una de las mayores que se han registrado en el país y la mayor para un punto específico de inversión.

Felicidades a Honda.
Felicidades a Guanajuato. Felicidades a Celaya.
Felicidades a todo México.
Muchas gracias.
Bien à vous,
Morgane BRAVO

*Firma del Decreto que Reforma los Artículos 71, 72 y 78*


lunes, 15 de agosto de 2011

El décimo mito: México es uno de los países más violentos del mundo.


domingo, 14 de agosto de 2011

*Le Canada et le Mexique concluent un accord de transport aérien élargi*

 L'honorable Denis Lebel, ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, et l'honorable Ed Fast, ministre du Commerce international et ministre de la porte d'entrée de l'Asie-Pacifique, ont annoncé aujourd'hui que le Canada et le Mexique avaient conclu un accord de transport aérien élargi. Cet accord accroîtra les déplacements et les activités commerciales entre les deux pays. 

« En tant que troisième marché de transport aérien en importance du Canada, le Mexique est un partenaire bilatéral majeur dans le domaine de l'aviation », a indiqué le ministre Lebel. « L'accord de transport aérien élargi s'inspire de l'accord de transport aérien actuel en vue de profiter aux secteurs du tourisme et de l'expédition, ainsi qu'au milieu des affaires des deux pays. » 

Cet accord élargi offre un régime complètement libéralisé pour les vols directs entre le Canada et le Mexique. N'importe quel transporteur aérien des deux pays pourra offrir plus de services entre n'importe quelle ville canadienne ou mexicaine. Par ailleurs, cet accord offre plus de latitude en ce qui concerne l'ajustement des prix selon les forces du marché et la modernisation des dispositions en matière de sécurité et de sûreté.
« L'élargissement des services aériens avec le Mexique est une excellente nouvelle pour les exportateurs, les voyageurs et les investisseurs canadiens », a indiqué le ministre Fast. « Depuis l'entrée en vigueur de l'Accord de libre-échange nord-américain, un accord historique, les relations économiques entre le Canada et le Mexique ont connu un essor considérable et se sont traduits par la création d'emplois et la croissance économique. Depuis ce temps, nos échanges commerciaux ont presque quadruplé. La preuve est faite que nous sommes sur la bonne voie avec notre plan libre-échange en ce qui concerne la création d'emplois. Le développement de liens supplémentaires de transport aérien favorisera une prospérité accrue. »
Cet accord sera appliqué sur une base administrative, ce qui permettra aux transporteurs d'offrir de nouveaux services immédiatement, dès qu'ils auront été désignés par le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités.
Depuis novembre 2006, la politique Ciel bleu du Canada favorise une concurrence soutenue et à long terme ainsi que la mise en place de services aériens internationaux nouveaux ou élargis. En vertu de cette politique, le gouvernement du Canada a négocié des accords de transport aérien libéralisés, nouveaux ou élargis avec plus de 57 pays, y compris :
  • des accords de type Ciel ouvert avec 12 pays : l'Irlande, l'Islande, la Nouvelle-Zélande, la Barbade, la République dominicaine, le Costa Rica, la Corée du Sud, le Salvador, la Suisse, Trinité-et-Tobago, la Jamaïque et le Brésil;
  • des accords élargis avec neuf pays : le Mexique, le Japon, la Jordanie, Singapour, les Philippines, le Maroc, Cuba, l'Égypte, l'Algérie;
  • de nouveaux accords avec neuf pays : le Koweït, la Serbie, la Croatie, le Panama, la Turquie, l'Afrique du Sud, l'Éthiopie, la Tunisie et le Qatar;
  • un accord global de transport aérien avec les 27 États membres de l'Union européenne. Cela comprend entre autres Chypre, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la République de Malte, la Slovaquie et la Slovénie, pays avec lesquels le Canada ne disposait pas encore d'accords de transport aérien. 
12 août 2011
OTTAWA 

Bien à vous,
Morgane BRAVO

*Le Festival de Confolens : E viva Mexico !...*

Photo Majid Bouzzit  

Charente Limousine

E viva Mexico !

Le Festival de Confolens bat son plein. C'est le Mexique qui était à l'honneur hier. Retour en images sur la journée de jeudi.


Colima, Vera Cruz. Puis Vera Cruz, Colima. A s'y perdre. Ah non, un point de repère, infaillible: ils sont tous du Mexique. Facile !

Eh bien non, pas facile du tout de les identifier. Un sacré traquenard tendu par les organisateurs du festival, qui ont voulu profiter de l'année du Mexique en France pour faire une soirée évidemment «grandiose et sans précédent» pour paraphraser l'excellent Henri Coursaget, jamais à court d'idée dans le superlatif.

Et tant pis si l'année du Mexique en France a fait «flop», entraînant nombre d'annulations de manifestations déjà engagées. A Confolens, on a dit «non». Comme savait le dire à l'occasion, fermement, l'ancien président. C'est comme ça qu'hier soir, une centaine d'artistes mexicains se sont retrouvés sur la scène des Ribières, avec le groupe de Colima d'un côté, celui de Vera Cruz de l'autre. Pour un duo amical ? Sûrement pas. Un duel à couteaux tirés, à qui ferait mieux, plus fort, plus ravageur, plus tonitruant, plus, plus... que l'autre.

Une guerre tout sourire
- évidemment - avec force coups de talons sur la scène, des jeux de jambes impressionnants - pour les caballieros - et des jeux de robes, de jupons et de dentelles pour ces dames.
Comme l'avaient - un peu - imaginé les organisateurs du festival, les deux groupes se sont fondus pour ne faire plus qu'un, les orchestres pas avares eux non plus de donner qui, dans le dièse le plus aigu, qui, dans le bémol le plus accrocheur, finissant par jouer la même partition, et notamment cette très fameuse «Bamba», pièce maîtresse des répertoires de la région de Vera Cruz, là où fleurissent les groupes de marimba, de comparsa et autres danzonera.

Instant rare à Confolens - on a connu par le passé des créations bretonnes ou basques qui avalaient littéralement la grande scène - où la magie mexicaine a fait son effet, les groupes prenant totalement à leur compte non seulement la scène mais aussi la salle. Les absents, comme d'habitude, auront eu tort de ne pas être là, et hier soir, ils étaient finalement assez nombreux.


Bien à vous,
Morgane BRAVO

*Interceltique : Au Mexique ces Celtes du bout du monde...*

         

Les Mexicains du pipe band Batallon SanPatricio forment la diaspora la plus insolite du Festival interceltique. La formation est unique en son genre en Amérique latine. Rencontre avec ces cousins lointains.
Des Mexicains en kilt. On entend déjà les sarcasmes monter haut. À tort. Car il n'est point question de défilé carnavalesque mais bien de tradition celte. Le pipe band Batallon San Patricio a débarqué cette semaine au Festival interceltique. Un premier voyage en France qui n'est pas passé inaperçu.

En hommage au bataillonSaint-Patrick

Ce groupe mexicain, unique en Amérique latine, s'est formé en 1997 afin de commémorer le 150e anniversaire du bataillon Saint-Patrick. Cette unité militaire était composée de plusieurs centaines d'Irlandais, Allemands et autres Européens catholiques. Ils désertèrent l'armée des États-Unis d'Amérique, lors de la guerre américano-mexicaine en 1847, pour rejoindre l'armée mexicaine. C'est au Mexique que ces hommes ont gagné leurs galons de héros. Soumis à un jugement de cour martiale, les survivants furent torturés et exécutés. Le Batallon San Patricio tente de raviver cette mémoire enfouie. Chaque premier dimanche du mois, la troupe rend hommage aux soldats disparus. Rafael Gutierrez, fondateur du pipe band, a débuté l'étude de la cornemuse écossaise il y a vingt-cinq ans. Il a voyagé plusieurs années en Écosse pour rejoindre le College of Piping. «J'ai tout de suite été fasciné par cet instrument. Cette attirance est assez irrationnelle», confie le musicien. Le Batallon San Patricio est composé d'une vingtaine de membres originaires de Mexico. On y trouve un avocat, un professeur d'allemand, un éditeur ou encore un graphiste. La moyenne d'âge est jeune: environ 25 ans. Les femmes occupent les premiers rôles. «Nous formons une vraie famille», commente Daniela, 27ans, élégante joueuse de caisse claire. Ses arrières grands-parents étaient d'origine écossaise. «Je me sens proche de la tradition celte mais beaucoup de musiciens du groupe n'entretiennent aucun lien avec cette culture. Ils aiment simplement la beauté des sonorités», ajoute la jeune femme. La musique du pipe band mêle sans complexe musique écossaise et chant traditionnel mexicain. Ce cocktail survitaminée se nourrit au métissage.

«Il nous reste encore des progrès à faire»

Hier soir, les Mexicains ont partagé la scène avec les fameux Chieftains, légendes de la musique celte. Les 3.000 spectateurs présents leur ont réservé une ovation. Une consécration qui va permettre au pipe band de faire la promotion de la culture celte au Mexique.Car, d'après Rafael Gutierrez, il reste encore du travail. «Au Mexique, le public reste dubitatif lors de nos concerts. Ils se demandent de quel instrument l'on joue». La formation a un rêve: participer au championnat du monde de pipe band en Ecosse qui se déroule tous les ans au mois d'août. «Il nous reste encore des progrès à faire. Le groupe est encore jeune. Nous avons le temps de nous perfectionner». Buena diaspora!
    http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/interceltique-au-mexique-ces-celtes-du-bout-du-monde-12-08-2011-1397472.php

Les bonnes connexions bretonnes
http://www.lefigaro.fr/musique/2011/08/07/03006-20110807ARTFIG00215-les-bonnes-connexions-bretonnes.php

Bien à vous,
Morgane BRAVO

lunes, 8 de agosto de 2011

*L’Image de la France au Mexique...*

Représentations scolaires et mémoire collective

Yves Robin
Au Mexique, l’Etat conçoit et imprime des millions de recueils de textes gratuits, qui contribuent à forger l’« imaginaire collectif » des élèves. Quelles représentations leur a-t-on proposées de la France et comment celles-ci ont-elles évolué au cours des cinquante dernières années ?


Pareilles interrogations traversent cet ouvrage qui mêle présentation des faits, analyse des choix iconographiques et enquête sur le terrain. Le résultat est d’une lecture plaisante, et la profondeur de l’étude dépasse le sujet initial. Si l’image positive de la France s’est peu à peu effacée au profit d’un engouement pour le modèle anglo-saxon, il a suffi d’un événement comme l’opposition de Paris à l’intervention américaine en Irak pour redorer le blason du « berceau des droits de l’homme ».


Longtemps, l’ambiguïté prédomina : la patrie des Lumières fut aussi celle des interventions guerrières, dont celle de l’archiduc Maximilien d’Autriche, soutenu par Napoléon III, dépeint aujourd’hui comme un personnage falot face au grand Benito Juárez, alors président du pays. En mythifiant ce « héros »,« présentent une histoire linéaire, patriotique, dont l’un des objectifs est de fixer un sentiment d’identité et d’unité nationale », observe Yves Robin. les auteurs mexicains

Bien à vous,
Morgane BRAVO