«Think Tank» Europe-Mexique.

«Think Tank» Europe-Mexique.
*2008 Création, par Morgane BRAVO, President I Founder of «Think Tank» Europe-Mexico. (Franco-Mexicaine) *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... 2002 en France, Candidate (Titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16ème arrondissement (Sud). « Euroblogger » UE, Commission Européenne, Conseil Européen, Parlement Européen, Conseil de l'Europe, CoR, EuroPcom... *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

jueves, 17 de febrero de 2011

*L'éventuelle extradition de Florence Cassez : "Les conditions pour faire appliquer la convention de Strasbourg ne sont pas réunies..."*


RAÚL CARRANCÁ Y RIVAS

*L'éventuelle extradition de Florence Cassez...*

12 mars 2009 


Le cas de Florence Cassez, citoyenne française accusée de plusieurs infractions  d'enlèvement, entre autres, a mené à une peine de soixante ans de prison contre elle délivré par un tribunal mexicain.

Dans des déclarations que son avocat a faites devant un moyen radiophonique il a déclaré que Cassez ne veut pas recourir au jugement direct, bien que tant elle comme lui considèrent que le processus correspondant a été infesté d’injustices et irrégularités, mais être transférée en France fondée sur le traité de Strasbourg, en fait Convention sur le Transfert de Personnes Condamnées, signé par le Mexique en 1983. 

À cet égard, la presse a informé que le Président Calderón a dit que dans ce Traité il y a des réserves par la France pour modifier la peine.

Or, il n'est pas tellement facile, comme sollicité par le Président français Sarkozy, que  Cassez soit transfère d'une prison mexicaine à une française pour que là elle accomplisse la peine imposée par un juge mexicain. 

En l'espèce je vois le schéma suivant, à mon avis, incontestable, si nous nous conformons dans le Droit strict à la Constitution et au Code Pénal Fédéral. L'article 1º de ce Code dit à la lettre que "; il sera appliqué dans toute la République pour les infractions de l'ordre federal » ; parmi lesquelles sont celles faites par Cassez; et l'article 2º prescrit la même application pour les « violations commencés, préparés ou commis à l'étranger, qui entraîne ou est destiné à avoir des effets sur leterritoire de la République. « 

En conséquence, il y a ici une hiérarchie très claire : Constitution, lois du Congrès de l'Union et Traités ; en étant que le Code Pénal Fédéral est une loi émanant du Congrès et qui a priorité constitutionnelle sur tout Traité (même si les thèses étranges, pour dire le moins, la Cour suprême que les traités sont égaux à lalégislation secondaire). Il est vrai que le septième alinéa de l'article 18 de la Constitution stipule que «les ressortissants étrangers reconnus coupables de crimes fédéraux ou de droit commun, peuvent être transférés dans leur pays d'origine ou de résidence, sous réserve des traités internationaux qui ont été tenue à cette fin. "Traitée, à nouveau, de rang inférieur à la Constitution. Outre la mise à disposition ci-dessus est facultative et non obligatoire, l'autorité est souvent l’objet de principe dans le cadre international de la réciprocité, ce qui prête souvent à des pressions politiques.

Évidemment il faut clarifier que dans l'hypothèse que Cassez était transférée en France,   la peine imposé elle devrait être tenu aux termes de la sentence et du Code Pénal Fédéral. C'est-à-dire, que compte tenu que celui-ci considère dans son article 27 le traitement en liberté, la semilibération et le travail pour la Communauté, sous certaines conditions et règles, l'autorité judiciaire ou la française pénitentiaire (ils ont le juge d'exécution de sentences) pourrait appliquer les précédentes manières de traitement mais toujours avec l'autorisation et la supervision du tribunal qu'elle a condamné ; puisque le contraire équivaudrait que le Mexique cède sa souveraineté judiciaire.

Que doit faire le gouvernement mexicain? Refuser l'extradition ou le transfert de Cassez. Les préventions de notre Constitution et les lois secondaires sont strictes en l'espèce. Et si Cassez et son avocat ont fait valoir que le processus dans lequel elle a été jugée et  condamné a été infesté injustices et irrégularités, pourquoi n'ont pas recouru la sentence ? Il semble qu'ils veuillent que cette sentence injuste soit accomplie en France et non ici. Donc qui est injuste ? Qu'est-ce que prétend-il alors avec le transfert à la France ?

En outre, nous ne devons pas perdre de vue ce qui est terrible des kidnappings au Mexique. La société est blessé, malheureux,  blessée dans le plus profond. Et en dehors de la loi, non pas contre, serait une insulte aux Mexicains qui ont accédé à la demande du président Sarkozy à un moment  notre pays souffre du poids de la criminalité. 

Et ce n'est pas parce que la France va gérer l'impunité dans le cas de l'enlèvement, mais parce que le gouvernement du Mexique a l'obligation d'exercer pleinement la fonction punitive propre de l'État et, j'insiste, sa souveraineté judiciaire.

******************

LA POSIBLE EXTRADICIÓN DE FLORENCE CASSEZ

12 mars 2009

El caso de la ciudadana francesa Florence Cassez acusada de varios delitos de secuestro, entre otros, ha culminado en una sentencia de sesenta años de prisión en contra suya, dictada por un tribunal mexicano. En declaraciones que su abogado hizo ante un medio radiofónico manifestó que Cassez no quiere recurrir al juicio de amparo directo, a pesar de que tanto ella como él consideran que el proceso correspondiente estuvo plagado de injusticias e irregularidades, sino ser trasladada a Francia con base en el Tratado de Estrasburgo, en realidad Convenio sobre la Transferencia de Personas Sentenciadas, suscrito por México en 1983.

Al respecto la prensa informó que el Presidente Calderón dijo que en dicho Tratado hay reservas por parte de Francia para modificar la pena.

Ahora bien, no es tan fácil, como lo ha solicitado el Presidente francés Sarkozy, que a Cassez se la traslade de una prisión mexicana a una francesa para que allí cumpla la pena impuesta por un juez mexicano. En la especie yo veo el siguiente esquema, en mi concepto indiscutible, si nos atenemos en estricto Derecho a la Constitución y al Código Penal Federal. El artículo 1º de este Código dice a la letra que "se aplicará en toda la República para los delitos del orden federal", entre los que se encuentran los cometidos por Cassez; y el artículo 2º prescribe la misma aplicación para los "delitos que se inicien, preparen o cometan en el extranjero, cuando produzcan o se pretenda que tengan efectos en el territorio de la República".

Yo no sé si esto es aplicable a Cassez en cuanto a que sus delitos los hubiese iniciado o preparado en el extranjero. Sin embargo da igual, en lo tocante a la aplicación del Código citado. A su vez la Carta Magna determina en su artículo 133 que "Esta Constitución, las leyes de Congreso de la Unión que emanen de ella y todos los Tratados que estén de acuerdo con la misma... serán la Ley Suprema de toda la Unión".

En consecuencia hay aquí un clarísimo orden jerárquico: Constitución, leyes del Congreso de la Unión y Tratados; siendo que el Código Penal Federal es una ley emanada del Congreso y que tiene prioridad constitucional sobre cualquier Tratado (aunque haya tesis extrañas, por decir lo menos, de la Suprema Corte en que se igualan los tratados con las leyes secundarias). Bien es cierto que el párrafo séptimo del artículo 18 de la Constitución establece que "los sentenciados de nacionalidad extranjera por delitos del orden federal o del fuero común, podrán ser trasladados al país de su origen o residencia, sujetándose a los Tratados Internacionales que se hayan celebrado para ese efecto". Tratados, repito, de menor jerarquía que la Constitución. Aparte de que el anterior precepto es potestativo, que no obligatorio; potestad que a menudo se sujeta en el ámbito internacional al llamado principio de reciprocidad, que con frecuencia se presta a presiones políticas.

Desde luego es de aclarar que en la hipótesis de que Cassez fuese trasladada a Francia, la pena que se le impuso tendría que sujetarse a los términos de la sentencia y del Código Penal Federal. Es decir, que habida cuenta de que éste contempla en su artículo 27 el tratamiento en libertad, la semiliberación y el trabajo en favor de la comunidad, bajo ciertas condiciones y reglas, la autoridad judicial o penitenciaria francesa (ellos tienen el juez de ejecución de sentencias) podría aplicar las anteriores formas de tratamiento pero siempre con la autorización y supervisión del tribunal que sentenció; puesto que lo contrario equivaldría a que México cediera su soberanía judicial.

¿Qué debe hacer el gobierno mexicano? Negarse a conceder la extradición o traslado de Cassez. Las prevenciones de nuestra Constitución y leyes secundarias son terminantes en la especie. Y si Cassez y su abogado han sostenido que el proceso en el que se la juzgó y sentenció estuvo plagado de injusticias e irregularidades, ¿por qué no han recurrido la sentencia? Tal parece que quisieran que dicha sentencia injusta se cumpliera en Francia y no aquí. ¿Pues no que es injusta? ¿Qué se pretende entonces con el traslado a Francia?

A mayor abundamiento no hay que perder de vista lo terrible de los secuestros en México. La sociedad está agraviada, descontenta, herida en lo más profundo. Y al margen del Derecho, que no en contra, sería una ofensa a los mexicanos que se concediera la petición del Presidente Sarkozy en momentos en que nuestro país sufre el embate del crimen. Y no porque Francia manejara la impunidad en el caso de la secuestradora sino porque el gobierno de México tiene la obligación de ejercer a plenitud la función punitiva propia del Estado e, insisto, su soberanía judicial.
12 mars 2009


*POSITION DU MEXIQUE SUR LES DÉCLARATIONS FORMULÉES PAR LE PRÉSIDENT NICOLAS SARKOZY*

 

Mexico estime que les conditions pour faire appliquer la convention de Strasbourg ne sont pas réunies. 

18/02/2011 

*"Selon le ministère mexicain des Affaires étrangères, l'application de la convention de Strasbourg "requiert le consentement de l'État du jugement et de l'État de l'exécution pour que s'appliquent ses dispositions". Dans son communiqué, le ministère rappelle qu'en juin 2009, après la création d'une commission binationale créée spécialement pour le cas de Florence Cassez, "le gouvernement du Mexique a conclu que les conditions n'existaient pas pour permettre de donner son consentement pour le transfèrement de Florence Cassez en France". "Un examen méticuleux de cette affaire nous a menés à cette conclusion irréfutable : accepter un transfèrement permettrait à un autre État de réduire voire d'annuler la peine que Florence Cassez purge pour des crimes commis au Mexique" ajoute le communiqué". *

 

"Le principal argument présenté par le gouvernement mexicain pour s'opposer à ce transfert réside dans "les différences substantielles entre les systèmes juridiques mexicain et français qui font que Florence Cassez ne va pas purger la totalité de sa peine en France'' et sera libéré avant terme. Mexico rappelle également que le délit de séquestration au Mexique est puni avec la peine maximale, reflétant le "profond rejet de ce crime par la société mexicaine et sa détermination à l'éradiquer''.


Bien à vous,
Morgane BRAVO 

No hay comentarios: